•  

    Gnocchi persillés et leur sauce au morbier et aux girolles

     

    Bien que les températures ne soient pas franchement basses en ce moment, j’ai envie de me préparer de bons petits plats qui réchauffent à base de fromage et de pommes de terre. Il n’y a pas longtemps, je me suis mise à cuisiner une recette bien de saison à base de gnocchi (faits maison, bien sûr !)

       Pour la première fois, j’ai intégré du persil dans la pâte à gnocchi afin de leur apporter plus de saveur. Ce fut une belle réussite. J’ai servi ces gnocchi avec une sauce au morbier et aux girolles. J’ai ensuite parsemé le plat d’éclats de noisettes pour apporter un peu de croquant (je sais que je dis presque tout le temps la même chose mais cela m’amuse de jouer sur les contrastes de textures !)

       Ayant testé plusieurs recettes de gnocchi, je peux maintenant dire que ceux à base d’œuf sont plus meilleurs (enfin, ce n’est que mon avis).

       Je sais qu’il n’est pas évidant d’obtenir une pâte qui ne colle pas trop et le risque, si on ajoute trop de farine, c’est que les gnocchi deviennent farineux et donc plus vraiment goûteux ! Afin de palier à ce problème, j’ai trouvé une petite astuce : après avoir formez vos gnocchi, passez-les au four pendant 10 minutes à 100°. Cela va permettre de les rendre beaucoup moins collant, même après la cuisson à l’eau et ils gardent tout leur moelleux.

     

    Gnocchi persillés et leur sauce au morbier et aux girolles

      

    Ingrédients pour 2 personnes: (40 gnocchi)

    Les gnocchi

    • 300g de pomme de terre à chaire farineuse (variété Bintje par exemple) de calibre similaire
    • 70g de farine de blé T55
    • Sel
    • Noix de muscade
    • Persil frais ciselé

    La sauce au Morbier

    • 40g de morbier
    • 1CS de noisettes entières concassées
    • 50ml de crème fraîche liquide
    • 15g de girolles en bocal
    • Poivre
    •  

    Réalisation des gnocchi

    La préparation de la pâte

    • Lavez les pommes de terre.
    • Disposez les pommes de terre dans une grande casserole d'eau puis faire chauffez pendant 20 minutes. Ajustez le temps de cuisson en fonction de la taille des pommes de terre. Elles sont cuitent lorsque la pointe d'un couteau s'enfonce facilement dans sa chaire.
    • Laissez refroidir les pommes de terre.
    • Épluchez les pommes de terre.
    • Écrasez les pommes de terre à l'aide d'un presse purée.
    • Dans un saladier, tamisez la farine. Ajouter le sel et la noix de muscade et le persil frais ciselé.
    • Incorporez la purée de pomme de terre à la farine puis travaillez la pâte du bout des doigts. Faites un puits et ajoutez l’œuf battu en omelette. Mélangez à nouveau.
    • Si la pâte colle trop, n'hésitez pas à rajouter un peu de farine.
    • Formez une boule. La pâte ne doit pas être collante.

    La réalisation des gnocchi

    • Divisez la boule en deux pâtons de poids égaux.
    • Faites un boudin avec l'un des pâtons. Celui-ci doit avoir un diamètre d'un centimètre à un centimètre et demi sur toute la longueur. Ceci permettra d'avoir des gnocchi de la même taille.
    • A l'aide d'un couteau, coupez le boudin en petit tronçons d'environ deux centimètres.
    • Pour chaque tronçon obtenu, formez des boules en les roulant dans les pommes de vos mains.
    • Munissez-vous d'une fourchette et disposez-la à l'envers sur le plan de travail.
    • Disposez la boule de pâte en haut de la fourchette. Mettez votre index au centre de la boule est faites-la rouler sur toute la longueur des dents du couvert. Les rayures obtenues permettent que la sauce qui accompagne les gnocchi s'infiltre facilement.
    • Recommencez ces opérations pour l'autre pâton.
    • Faites chauffer un grand volume d'eau dans une casserole. Salez.
    • Lorsque l'eau commence à bouillir, versez s'y les gnocchi.
    • Les gnocchi sont cuits lorsqu'ils remontent à la surface.
    • Otez-les de l'eau à l'aide d'un écumoire afin de bien les égoutter.
    • Puis, pour éponger le maximum d'eau, je les ai mis sur du papier absorbant avant de les disposer dans l'assiette.

    Réalisation de la sauce (à faire pendant la cuisson des gnocchi)

    • Faites revenir les girolles dans une poêle bien chaude afin de faire évaporer toute leur eau. Réservez-les.
    • Coupez le morbier en petits morceaux et disposez-les dans une petite casserole. Faites chauffer à feu moyen et ajoutez la crème fraîche liquide. Assaisonnez.
    • Remuez de temps en temps.
    • Quand le fromage est quasiment lié à la crème, ajoutez les girolles. Stoppez la cuisson une fois que vous avez obtenu une crème lisse et homogène.
    • Répartissez les gnocchi dans les assiettes. Recouvrez-les de la sauce au morbier.
    • Répartissez les éclats de noisettes et servez de suite.

     

    Gnocchi persillés et leur sauce au morbier et aux girolles

     


    3 commentaires
  •   

    Gratin de panais à la fourme d'Ambert et aux noisettes

      

    Il y a 3 ans, j’ai fait la découverte du panais, un légume racine de couleur ivoire à la saveur légèrement citronnée. Depuis, tous les ans à cette période de l’année, j’en consomme très régulièrement. En ce moment, je teste énormément de recettes autour de ce légume ancien. Ne soyez pas surpris de le voir souvent réapparaitre dans les prochaines recettes !

       Le panais convient parfaitement pour la réalisation de veloutés, de purées, de tartes ou encore de gratins ! C’est d’ailleurs une recette de gratin que je vous présente aujourd’hui.

       Pour le faire, j’ai procédé comme pour un gratin dauphinois. J’ai voulu jouer sur les saveurs en apportant une petite note de douceur et de fondant avec l’ajout de morceaux de fourme d’Ambert et voulu ajouter une touche de croquant avec des éclats de noisettes sur le dessus du gratin. La noisette se marie à merveille avec le panais, je les associe presque systématiquement ensemble.

       Cette recette change beaucoup de la version à la pomme de terre. Ce fut une très belle découverte et je ne vais pas hésiter à la refaire d’ici la fin de l’hiver ! Le gratin peut être aussi bien servi en accompagnement qu'en plat unique.

     

    Gratin de panais à la fourme d'Ambert et aux noisettes

      

    Gratin pour 1 à 2 personne(s) :

    • 250g de panais épluchés
    • 170ml de crème fraîche liquide
    • 25g de fourme d’Ambert
    • 1 dizaine de noisette
    • Sel (juste un peu)
    • Noix de muscade
    • 1 gousse d’ail

     

    Réalisation

    • Préchauffez le four à 180°.
    • Epluchez la gousse d’ail et coupez-la en deux. Ecrasez la gousse contre les parois du plat à gratin.
    • Epluchez les panais et coupez-les en rondelles de 2 à 3mm d’épaisseur.
    • Détaillez la fourme d’Ambert en petit dés.
    • Dans le plat, disposez une première couche de rondelles de panais. Salez et saupoudrez de noix de muscade. Répartissez quelques cubes de fourme d’Ambert.
    • Recouvrez d’une nouvelle couche de panais. Salez et ajoutez de la noix de muscade. Ajoutez quelques cubes de fromage.
    • Répétez ces opérations jusqu’à arriver en haut du plat à gratin.
    • Terminez par répartir les derniers morceaux de fourme d’Ambert.
    • Versez la crème liquide et, à l’aide d’une fourchette, tassez pour que la crème s’infiltre entre toutes les couches du gratin.
    • Concassez grossièrement les noisettes et répartissez-les sur le gratin.
    • Enfournez pendant 40 minutes. Si le dessus du gratin commence à brunir, recouvrez le plat de papier aluminium.
    • Le gratin est cuit quand la lame d’un couteau s’y enfonce facilement.
    • Laissez reposer 5 minutes. Servez.

     

    Gratin de panais à la fourme d'Ambert et aux noisettes

     


    11 commentaires
  •   

    Risotto au gorgonzola et au potiron

     

    L’Automne semble s’être décidé à définitivement s’installer en France (source : ma sœur^^), alors quoi de mieux qu’un bon petit risotto pour vous réchauffer un peu (certaines personnes vous dirons que le mieux c’est de boire un bon thé ou un chocolat chaud, mais bon, « chacun son truc » comme on dit !)

       Pour cette nouvelle version, j’ai utilisé un légume de saison, j’ai nommé le potiron. Je l’ai associé à la saveur prononcée du gorgonzola. C’est une association qui convient parfaitement.

       Pour préparer le potiron, j’ai voulu tester la cuisson au four. C’est certes plus long que la cuisson à la vapeur mais cela permet au légume de ne pas être gorgé d’eau. De plus ce mode cuisson lui confère un moelleux que j’ai beaucoup apprécié.

     Risotto au gorgonzola et au potiron

      

    Ingrédients pour 4 personnes :

    • 260g de riz Arborio
    • 1 litre de bouillon de légumes
    • 510g de potiron rôti
    • 50g de gorgonzola
    • 2 échalotes
    • 1CS de crème fraîche liquide
    • 2 + 1 CS d’huile d’olive
    • Noix de muscade
    • Quelques grains de Fleur de sel
    • Thym séché
    • Sel & poivre       

    Réalisation

    • Préchauffez le four à 180°
    • Epluchez le potiron en tranches de 3 à 4  mm d’épaisseur. Disposez les tranches de potiron dans un saladier. Ajoutez la cuillère d’huile d’olive. Mélangez bien afin que toutes les faces de potiron soient légèrement huilées. Disposez les tranches sur une plaque recouverte de papier cuisson. Saupoudrez de quelques grains de Fleur de sel et de thym séché.
    • Enfournez pendant 1 heure. Retournez les tranches de légumes à la mi-cuisson. 

    Pendant la cuisson du potiron

    • Faites chauffer un litre d’eau avec un carré de bouillon de légumes. Stoppez la cuisson quand le cube est complètement dissous.
    • Emincez finement les échalotes et dans une casserole, faites-les revenir  avec l’huile d’olive. Ajoutez le riz arborio. Quand il est devenu transparent, versez une louche de bouillon de légumes.
    • Mélangez régulièrement. Quand le  riz a tout absorbé, rajoutez du bouillon et ainsi de suite jusqu’à épuisement du bouillon.
    • 5 minutes avant la fin de cuisson, assaisonnez le risotto.
    • Coupez le gorgonzola en petits dés.
    • Quand le risotto est cuit, ajoutez la crème fraîche et les dés de fromage. Couvrez le risotto et patientez quelques minutes.
    • Au moment de servir, déposez quelques tranches de potiron sur le risotto.

           

    Risotto au gorgonzola et au potiron


    votre commentaire
  •   

    Gnocchi à la patate douce mauve, sauce au parmesan et romarin

     

        Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas cuisiné de gnocchi, trop longtemps maintenant que j’y pense…  C’est la découverte de la patate douce locale,  la batata doce roxa qui m’a donné l’envi d’en refaire. La « batata doce roxa » tient son nom de sa peau mauve. En effet sa chair est d’une couleur jaune très pâle qui tire sur des teintes grises d’où la couleur un peu particulière des gnocchi. Au Brésil, cette pomme de terre est souvent utilisée dans la préparation de gâteaux et de petites bouchées sucrées.

       Cette variété de patate douce est un peu moins sucrée que celle que l’on trouve en France.  Elle a d’ailleurs  perdu beaucoup de sa saveur sucrée sous la forme de gnocchi, c’est bien dommage. En revanche sa texture leur ont apporté  énormément de moelleux.  Afin de les rendre encore plus moelleux, j’ai remplacé une partie de la farine par de la fécule de maïs.

       Cette fois-ci, je les ais fait revenir à la poêle avec du romarin frais afin qu’ils soient imprégnés de l’arôme de l’herbe. Je l’ai ais également servi avec une sauce au parmesan toute simple. C’est deux ingrédients à la saveur assez forte accompagnent très bien les gnocchi de patate douce.

     

              Gnocchi à la patate douce mauve, sauce au parmesan et romarin         Gnocchi à la patate douce mauve, sauce au parmesan et romarin                     

     

    Ingrédients pour 3 à 4 personnes 

    Les gnocchi

    • 100g de pommes de terre
    • 400g de patates douce
    • 1 jaune d’œuf
    • 120g de farine de blé tamisée
    • 50 de fécule de maïs type Maïzena tamisée
    • Noix de muscade
    • Sel & poivre

    La sauce au parmesan

    • 100 ml de crème fraîche
    • 40g de parmesan râpé
    • Sel & poivre
    • 2 tiges de romarin frais

     

    Réalisation des gnocchi

    • Faites cuire les pommes de terre et les patates douces non épluchées dans un grand volume d’eau salé bouillant pendant 20 minutes. Les pommes de terre sont cuites quand la lame d’un couteau s’enfonce facilement.
    • Epluchez-les encore chaudes.
    • Passez les pommes de terre au presse-purée.
    • Disposez la purée de pommes de terre dans un saladier. Faites un puits. Versez le jaune d’œuf, la farine et la fécule de maïs dans le puits. Assaisonnez.
    • Mélangez tous les ingrédients du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte qui ne colle plus aux parois du saladier. Laissez refroidir la pâte.
    • Coupez la pâte en deux.
    • Pour chaque pâton, roulez-le sur un plan de travail fariné de sorte à réaliser un saucisson de 2 cm de diamètre.
    • Coupez les saucissons tous les 2,5cm /3cm.
    • Roulez en boule les bouts de pâte dans les pommes de vos mains.
    • Munissez-vous d’une fourchette que vous disposez à l’envers. Mettez une boule de pâte en haut de la partie bombée de la fourchette. Mettez votre index au centre de la boule et faite-la rouler sur le long des dents de la fourchette afin de dessiner les rayures des gnocchi.
    • Faites chauffer un grand volume d’eau salé.
    • Quand l’eau commence à bouillir, plongez les gnocchis. Les gnocchi sont cuits quand ils remontent à la surface. Disposez-les sur du papier absorbant.
    • Faites colorer les gnocchi dans une poêle bien chaude avec le romarin.

    Réalisation de la sauce

    • Dans une petite casserole, faites chauffer à feu doux la crème fraîche avec le parmesan râpé. Assaisonnez.
    • Répartissez la sauce au parmesan sur les gnocchi.

    Gnocchi à la patate douce mauve, sauce au parmesan et romarin

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique